À partir de quel taux de ferritine faut-il s’inquiéter ?

by Chantale
a partir de quel taux de ferritine faut il s’inquieter 

Le fer est un oligoélément essentiel pour notre corps. Son rôle principal consiste à transporter l’oxygène et à le stocker dans l’organisme. Tout cela est possible grâce à l’action de la ferritine, une protéine qui circule dans le sang. Pour vérifier la quantité de fer dans notre organisme, on procède par analyse de la ferritine. Puisque le fer est important pour notre organisme, il est nécessaire de savoir à quel taux de ferritine on doit s’inquiéter.

Quelle est l’importance de la ferritine ?

La ferritine est une protéine qui joue un rôle important dans le métabolisme du fer dans l’organisme. Il permet en effet de réguler l’absorption du fer par l’intestin en fonction des besoins de l’organisme. La ferritine a également une fonction de réserve en fer. De ce fait, pour savoir s’il y a une carence ou un excès de réserves en fer, il suffit de procéder au dosage de la ferritine.

Outre le sang, on trouve aussi la ferritine dans le foie, la rate, les muscles squelettiques ou la moelle osseuse. L’analyse de la ferritine est souvent recommandée pour trouver une cause d’anémie, détecter la présence d’une inflammation. Elle permet aussi de détecter une hémochromatose (ou excès de fer) ou à suivre l’efficacité d’un traitement destiné à augmenter ou diminuer la quantité de fer dans le corps.

Taux de ferritine élevé : quand cela est-il critique ?

Pour une personne en bonne santé, le taux de ferritine varie de 20 à 200 µg/l pour les femmes et de 30 à 300 µg/l chez les hommes. Au-delà de 400 ou 500 µg/l, le taux de ferritine dans le sang devient anormalement élevé. Cela veut tout simplement dire que vous souffrez d’une hyperferritinémie.

Un taux de ferritine élevé est souvent précurseur :

  • d’une tumeur ;
  • d’une hémochromatose ;
  • d’un syndrome infectieux ;
  • d’un syndrome inflammatoire ;
  • d’une consommation excessive d’alcool ;
  • d’une lyse cellulaire ;
  • d’un syndrome métabolique.

Toutefois, il est important de garder à l’esprit qu’on ne peut se focaliser uniquement sur le taux élevé de la ferritine pour diagnostiquer une pathologie quelconque. Des examens complémentaires sont nécessaires pour statuer sur la vraie nature de la maladie.

Taux de ferritine bas : est-ce dangereux ?

De la même manière qu’un taux de ferritine élevé peut être alarmant, un taux de ferritine bas doit aussi vous inquiéter. Dans ce cas, on parle d’hypoferritinémie. Un taux de ferritine qui se situe entre 0 et 30 µg/l est le signe d’une carence en fer. Cette carence est plus facilement repérable grâce à certains signes cliniques. Les symptômes suivants sont à noter :

  • la fatigue ;
  • la pâleur ;
  • l’irritabilité ;
  • les céphalées ;
  • les crampes ;
  • les douleurs musculaires ;
  • les troubles de sommeil.

Une hypoferritinémie cache très souvent un régime végétarien, une hémolyse du paludisme, des hémorragies gynécologiques, un don de sang, une grossesse, un exercice intensif et régulier.

Dans le cas d’une anémie assez avancée, on peut observer une augmentation du pouls, une vulnérabilité aux maladies infectieuses, une chute de cheveux, des ongles cassants. Parfois, il peut être difficile de détecter un taux de ferritine bas en raison de l’interférence de certaines maladies inflammatoires.

D’un autre côté, il est à noter que la ferritine n’est qu’un marqueur inflammatoire et son taux peut parfois être élevé alors que vous souffrez d’une carence en fer. Dans ce cas de figure, des analyses complémentaires seront nécessaires pour avoir plus de précisions sur votre état de santé.

La ferritine est une protéine qui permet de faire des réserves en fer pour les besoins de l’organisme. En cela, c’est une bonne référence pour savoir si vous manquez ou non de fer. Toutefois, à partir d’un certain seuil, le taux de ferritine peut être le signe d’une anomalie qu’il est important de détecter et soigner.

You may also like

Leave a Comment