Dyspraxie verbale : Définition, causes, traitements

by Chantale
dyspraxie verbale

La communication chez les enfants n’est pas de tout repos. En effet, lorsque ceux-ci découvrent leur capacité à communiquer, ils ne s’arrêtent plus. Toutefois, il existe de nombreux troubles pouvant entraver sérieusement leur capacité à communiquer. Parmi ceux-ci se trouve la dyspraxie verbale. Que faut-il savoir sur ce trouble du langage et de la parole ? Découvrez ici tout ce qu’il y a à savoir à ce propos.

Dyspraxie verbale : Qu’est-ce que c’est ?

La dyspraxie verbale est un trouble empêchant l’enfant d’avoir un contrôle total sur ses mouvements et sur la planification des actions devant lui permettre de parler. Ainsi, qu’il s’agisse de sa langue, ses lèvres, ses cordes vocales, son palais ou de ses mâchoires, aucun de ces éléments n’arrive à travailler de manière synchroniser. Ce qui rend sa prononciation des mots plus difficile à comprendre que celle des enfants de son âge. Cependant, il ne faut surtout pas le confondre avec la dyspraxie motrice avec le trouble développemental du langage.

Car le premier trouble touche la coordination globale de tous les mouvements du corps. Le second pour sa part bien que touchant au langage n’est pas la même chose que la dyspraxie verbale. Il est toutefois important de préciser qu’un enfant peut souffrir en même temps de la dyspraxie verbale ainsi que du trouble de développement du langage.

Quelles sont les causes de la dyspraxie verbale ?

Il s’agit d’un trouble neurologique qui touche généralement à la naissance les enfants. Il a été observé surtout chez les jeunes garçons. Ainsi, ceux-ci ont du mal à établir un échange entre leur cerveau et les instructions qu’il envoie à leur bouche. Par ailleurs, les enfants qui en souffrent ont dans la plupart des cas, l’un de leurs parents qui sont dyspraxiques. Par conséquent, il est possible qu’il s’agisse d’une maladie génétique.

Quelles en sont les manifestations ?

La dyspraxie verbale se manifeste au niveau de la prononciation des mots et des sons chez l’enfant. En effet, celui-ci malgré les efforts évidents qu’il fait pour bien articuler, n’y parvient pas. Aussi, il semble être dans un perpétuel apprentissage. De ce fait, il peut prononcer le même mot de différente manière dans une même communication. Vous avez par exemple pour parler de « bateau », il peut dire dateau, pateau, etc. Il peut également s’agir de la difficulté à pouvoir prononcer les bonnes voyelles. Bien qu’il lui soit possible de prononcer correctement un son, il peut avoir de sérieuses difficultés à les assembler.

Par conséquent, vous pouvez observer qu’il prononce correctement le « m » ou le « p » individuellement, mais n’arrive plus à le faire lorsqu’il forme le « piment ». Ceci en raison des différentes actions que doit faire sa langue avant d’articuler ces deux syllabes. Ainsi, cette difficulté peut s’accroître en fonction du nombre de syllabes que comporte le mot. En outre, ce trouble peut également se manifester au niveau de l’intonation de sa voix. Tous ces éléments peuvent être source de réelles frustrations chez l’enfant. Car, constituant pour lui, un réel frein pour le reste de son apprentissage ainsi que pour son intégration.

Comment faire un pré diagnostic de votre dyspraxie verbale ?

Le diagnostic de la dyspraxie verbale peut sembler difficile à établir. En effet, bien qu’il vous soit possible de l’observer déjà très tôt chez votre enfant, il partage plusieurs de ses symptômes avec d’autres troubles. Cependant, lorsque vous constatez qu’entre 10 et 15 mois, celui-ci prononce peu ou pas de son, qu’il a du mal à allaiter et/ou à manger, qu’il bave plus que la moyenne alors ceci pourrait s’agir de la dyspraxie. Il vous faut commencer à vérifier alors, à partir de 15 à deux ans, s’il arrive à parler, s’il bave plus que la normale ou s’il imite pour se faire comprendre les bruits et les sons.

Il vous est également possible d’observer l’évolution de sa capacité à communiquer entre ses 2 ans jusqu’à l’âge d’aller à l’école. Aussi, le symptôme qu’il vous faut observer à ce niveau est sa capacité à se faire comprendre. Dans ces cas, l’enfant souffrant de dyspraxie verbale compense sa difficulté en faisant des gestes ou en usant de mimiques pour se faire comprendre. Il peut également être constamment en train de chercher la meilleure manière de placer sa bouche afin de pouvoir bien prononcer le mot.

Comment se passe le traitement de la dyspraxie verbale ?

Lorsque vous observez ces différents symptômes, la meilleure chose à faire pour avoir confirmation est de vous rendre chez un orthophoniste. Ce dernier pourra non seulement vous aider à identifier de quoi il souffre, mais également vous aider pour son suivi et dans son traitement. En effet, pour une confirmation l’orthophoniste attend généralement l’âge de 3 ans. Aussi, lorsque le diagnostic est bien posé, le médecin mettra en place un suivi constant, et emploiera certaines méthodes afin de rendre les mouvements articulatoires de votre enfant automatiques. Ceci grâce à des séances d’entraînement courtes et fréquentes.

En ce qui concerne les exercices, il vous est également possible de le faire à la maison avec votre enfant. Ainsi, grâce à l’accompagnement de son orthophoniste et de toute sa famille, celui-ci pourra en apprenant à utiliser fréquemment des mots courts pour communiquer améliorer sa prononciation.

You may also like

Leave a Comment