La radiothérapie est un traitement qui se base sur l’utilisation de rayon à forte énergie pour cibler et détruire des cellules cancéreuses. Avec les avancées de la technologie, plusieurs techniques de radiothérapie ont émergé. Sans plus tarder, découvrons-les !

La radiothérapie externe

La radiothérapie externe est sans doute le type de radiothérapie le plus utilisé dans le traitement du cancer. Elle se base sur l’émission d’un faisceau de radiation qui passe par la peau pour cibler une partie spécifique du corps. La plupart des cancers notamment celui du sein peuvent être traités par radiothérapie. N’hésitez pas à consulter cet article sur la radiothérapie et traitement du cancer du sein pour en savoir plus.

La radiothérapie externe emploie différentes techniques qui permettent une administration plus ou moins précise des radiations.

La radiothérapie conformationnelle standard

Cette technique de radiothérapie externe est la plus utilisée aujourd’hui. Elle permet d’ajuster parfaitement le volume irradié au volume de la tumeur. Un accélérateur linéaire est utilisé pour émettre des faisceaux de radiation vers une zone précise du corps. De faibles doses quotidiennes sont souvent administrées pendant plusieurs semaines.

La radiothérapie conformationnelle repose sur des images 3D de la tumeur et des organes voisins. Celles-ci sont habituellement prises à l’aide d’un scanner. Une simulation 3D de la forme idéale des faisceaux est ensuite réalisée à l’aide d’un logiciel.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI)

La RCMI est une méthode d’administration très performante. Et pour cause, les faisceaux de radiation sont modelés et émettent différentes doses dans diverses parties de la tumeur. On utilise souvent l’IRM pour la création d’une image précise de cette dernière en trois dimensions. Grâce à un accélérateur linéaire, plusieurs faisceaux de radiation sont émis dans différentes directions et dirigés vers la tumeur.

La radiothérapie stéréotaxique

Également appelée radiochirurgie, cette technique est très précise. Elle émet en effet une forte dose de radiation très ciblée. Différents appareils à l’instar du scalpel gamma, du cyberbistouri et de l’accélérateur linéaire peuvent assurer l’administration des radiations. La radiothérapie stéréotaxique est souvent utilisée dans le traitement des tumeurs au cerveau et à la moelle épinière.

La protonthérapie

En lieu et place des faisceaux de photons et d’électron habituellement utilisés, la protonthérapie se base sur l’irradiation de faisceaux de protons. Le recours à ceux-ci permet de réduire sensiblement la dose de rayons dans les tissus sains. Cela s’explique par le fait que les photons contrairement aux rayons X libèrent plus d’énergie après avoir atteint une certaine distance puis cessent par la suite.

La radiothérapie guidée par l’image (IGRT)

Comme les techniques de radiothérapie externes, l’IGRT assure un contrôle plus précis de la zone de traitement grâce à un matériel radiologique fixé à un accélérateur de particules. Plusieurs examens sont effectués avant et au cours du traitement. Ils permettent de révéler les changements de taille et de positionnement de la tumeur. L’IGRT peut ainsi permettre de réduire la quantité de tissu traité ainsi que la dose de radiation reçue par les tissus normaux.

 La radiothérapie interne

La radiothérapie interne est l’une des premières formes de radiothérapie découverte. Cette forme de radiothérapie se base sur des éléments radioactifs qui émettent des rayonnements alpha et bêta. Ceux-ci permettent de libérer une dose élevée de radiation dans la tumeur tout en épargnant les tissus sains à proximité. En radiothérapie interne, on distingue principalement deux techniques à savoir : la curiethérapie et la radiothérapie interne vectorisée.

La curiethérapie

Avec cette technique, les éléments radioactifs sont introduits à l’intérieur ou à proximité des tumeurs. La curiethérapie s’applique toutefois principalement aux cancers ORL, du sein, de la peau et des organes génitaux.

Les éléments radioactifs les plus utilisés en curiethérapie sont l’iode 125 (traitement du cancer de la prostate), l’yttrium 90 (cancer du foie) et l’iridium 192 (cancer du sein). En fonction de localisation de la tumeur et de sa nature, on distingue plusieurs techniques de curiethérapie.

Tout d’abord, la curiethérapie endocavitaire consiste à introduire dans la tumeur un tube spécial qu’on charge ensuite avec une source radioactive. Quant à la curiethérapie interstitielle à changement différé, elle consiste à insérer dans la tumeur de minuscules tubes synthétiques qui sont par la suite chargés avec une source radioactive.

La radiothérapie interne vectorisée

Également connue sous le nom de radiothérapie métabolique, cette technique consiste à administrer des rayons par le biais d’un médicament porteur d’un élément radioactif. La voie veineuse ou orale est le plus souvent utilisée dans ce traitement.

La radiothérapie interne vectorisée se base sur des radiopharmaceutiques qui sont spécifiquement choisies pour leur capacité à cibler sélectivement les cellules cancéreuses.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici